Syndicat des Orthoptistes Autonome SNAO Clin d’oeil 2014
 
 
Connexion adhérents

Mot de passe oublié ?
connection adhérents


 
 

SNAO
22 rue Richer
75009 PARIS
Tél : 01 40 22 03 04
Fax : 01 40 22 03 12 contact@orthoptiste.pro

 
 
ACCUEIL > Ressources documentaires > Archives du Clin d’Oeil > Clin d’oeil 2014 > Clin d’oeil de janvier 2015

Clin d’oeil de janvier 2015

Charlie… :

« Nous appartenons, tous autant que nous sommes, à une multitude de communautés. Humblement et modestement, en tant que représentant élu de l’une de ces communautés, m’incombe le devoir moral de m’exprimer après ces dernières 48H cauchemardesques. Rien de bien original dans mes propos, mais je suis persuadé que LA RÉPONSE à apporter face à ces terribles évènements, perpétrés dans le seul but d’ébranler notre pays, est l’UNITÉ. Unité Nationale qui s’affichera dimanche lors de manifestations et en particulier lors de celle qui se déroulera à Paris. Le SNAO soutient cette manifestation et laisse chacun d’entre vous libre de se joindre ou non aux cortèges tout en rappelant les mots de prudence du Président de la République et de son Gouvernement.

LA LIBERTÉ y sera défendue face à la barbarie, cette liberté républicaine gravée aux frontons de nos édifices publics : liberté de pensée, liberté d’expression, liberté d’opinion et même liberté de culte. Nos pensées iront, bien entendu, vers les 17 personnes qui ont laissé leur vie au cours de ces derniers jours tragiques ainsi qu’en direction de tous les blessés que nous soutenons dans l’épreuve.

Nous Sommes Charlie Laurent Milstayn, 10/01/2015

Représentativité :

Le SNAO est désigné comme SEUL syndicat représentatif de la profession à la suite de l’enquête menée par la Direction de la Sécurité Sociale (DSS) Le SOF s’est vu retiré sa représentativité

C’est grâce à votre soutien d’adhérent que nous avons pu apporter la preuve que nous représentions bien la profession. Notre travail quotidien, notre présence sur tous les dossiers, notre politique de communication ont fait le reste. Bien entendu, nous sommes fiers mais ce n’est pas pour cela que nous souhaitons "enfoncer" ni le SOF ni ses soutiens. Nous appelons à un rassemblement de toutes les forces orthoptiques car, au final, nos positions politiques n’étaient pas si éloignées.

Que tous ceux de bonne volonté et qui sont prêts à travailler pour la profession nous rejoignent au minimum par leur adhésion et même plus par leur candidature au CA du SNAO.

Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues.

Assemblée Générale du SNAO le 22 mars 2015 : :

La prochaine assemblée générale aura lieu le 22 mars 2015. Comme tous les ans, le conseil d’administration renouvelle un tiers de ses membres. Des postes sont à pourvoir. Nous attendons donc vos candidatures (il faut avoir 2 ans d’adhésion minimum). Nous comptons sur vous.

C’est année encore c’est jour d’élection. Cette fois-ci, ce sera le 1er tour des élections départementales. L’AG est un moment important. C’est votre AG. Alors, n’oubliez pas que vous avez la possibilité de faire une procuration pour le vote du 1er tour et de venir nous rejoindre.

Adhésions 2015 :

Comme je vous le disais dans le dernier Clin d’œil, l’appel de cotisation était accompagné cette année d’un document à compléter sur le droit à l’image. Je vous rappelle que ce document a pour unique but de nous permettre d’utiliser les photos prises lors de l’AG ou de certaines réunions (réunion en région par exemple) et qu’elles ne sont susceptibles d’être utilisées que dans le journal l’œil en coin. Ce document est obligatoire pour nous, il est indispensable de le renvoyer complété et signé, quel que soit votre choix. Le document est agrafé à l’appel de cotisation, il suffit de le remplir et de couper la partie inférieure que vous garderez, avant de nous renvoyer l’ensemble. Si vous avez oublié de le renvoyer avec l’appel de cotisation, n’hésitez pas à le faire maintenant en indiquant de manière très lisible votre nom.

Merci d’avance pour votre collaboration !

Optométristes :

Le 13 janvier 2015, la Députée Dominique Orliac, Député du Lot et ophtalmologiste, posait une question à Marisol Touraine, Ministre de la santé sur la filière visuelle. La réponse de Marisol Touraine a été totalement claire. Elle compte s’appuyer sur les orthoptistes et ne souhaite pas la reconnaissance de l’optométrie.

Vous retrouverez la question sur la Vidéo à la 34eme minute.

Réaction des ophtalmologistes : « Les ophtalmologistes de France saluent l’engagement du Gouvernement sur l’avenir de la filière visuelle »

Les optométristes réunis en congrès, ne baissent pas les bras : Diffusion d’un reportage dans Télé matin sur France 2

Laurent Milstayn, en tant que Président du SNAO, a immédiatement écrit à la journaliste pour exprimer son mécontentement et en a profité pour lui demander de faire un reportage sur l’orthoptie. Ce qui normalement devrait se faire. Nous vous tiendrons au courant.

Le sort de l’optométrie loin d’être scellé

Optométrie : l’AOF signe une campagne de communication pour séduire le grand public

Financement de 2 protocoles de coopération orthoptiste/ophtalmologiste :

Le 12 janvier est paru au journal officiel l’arrêté autorisant le financement dérogatoire de protocoles de coopération entre professionnels de santé pour les 2 protocoles des pays de Loire :

- bilan visuel réalisé par un orthoptiste dans le cadre du renouvellement/adaptation des corrections optiques chez les enfants de 6 à 15 ans ;
- bilan visuel réalisé par un orthoptiste dans le cadre du renouvellement/adaptation des corrections optiques chez les adultes de 16 à 49 ans.

Détails sur Legifrance

Ces deux protocoles sont réalisés en unité de lieu. Leur but est de réduire les délais d’attente pour les patients connus du cabinet. Ils peuvent être réalisés pour un tarif de 23€.

www.acuité.fr

Critères FIF-PL :

Pour les thèmes prioritaires, la prise en charge pour 2015 sera au coût réel, mais plafonnée à 200 € par jour, limitée à 1 000 € par an et par professionnel. Les thèmes prioritaires sont : la basse vision, l’Orthoptie en pratique libérale, l’orthoptie, la loi HPST (URPS, DPC, …), les nouveaux modes de coopération, l’éducation thérapeutique.

Mais le FIF-Pl ce n’est pas que cela. D’autres prises en charge sont possibles. Par exemple : Bilan de compétences : Une prise en charge tous les 3 ans, prise en charge au coût réel plafonnée à 1 500 € par an et par professionnel Formation de conversion : Une prise en charge tous les 3 ans, prise en charge au coût réel plafonnée à 2 000 € par an et par professionnel.

Alors, n’hésitez pas à consulter les détails ICI

Loi de santé :

Marisol Touraine, ministre de la Santé, a annoncé, le 20 janvier dans une lettre aux syndicats médicaux et par communiqué de presse, la constitution de quatre groupes de travail chargés de faire évoluer certains articles du projet de loi de Santé avec un premier retour attendu mi-février. Les groupes de travail sont sur le tiers payant, l’organisation des soins de proximité dans les territoires, l’évolution de certaines compétences médicales avec notamment la reconnaissance des pratiques avancées, et les liens entre médecins spécialistes, cliniques privées lucratives et service public hospitalier. Chaque groupe de travail devait associer des représentants des professionnels de santé concernés. Nous sommes bien évidemment concernés par le sujet. Cependant, aucune invitation n’a été faite aux syndicats représentatifs des professions de santé non médecins. Un communiqué de presse commun a été rédigé pour montrer notre mécontentement.

Certains avantages des adhérents à un organisme de gestion agréé (OGA) sont supprimés :

L’Assemblée nationale a adopté dans le cadre du projet de loi de finances pour 2015 (PLF 2015), différents amendements relatifs à la suppression de certains avantages fiscaux liés à l’adhésion des entreprises à un organisme de gestion agréé. Ces amendements font suite aux préconisations de la Cour des comptes publiées dans son rapport du 11 septembre dernier. Selon la Cour, l’absence de majoration des revenus professionnels de 25% devrait constituer le seul avantage fiscal pour les entreprises à adhérer à un organisme de gestion agréé. En conséquence, la Cour avait proposé de supprimer plusieurs de ces incitations.

Certains avantages réservés aux adhérents (BIC, BNC ou BA) d’organismes de gestion agréés (OGA) sont désormais supprimés :
- La réduction d’impôt pour frais de tenue de comptabilité et d’adhésion à un OGA (lorsque le chiffre d’affaire est inférieur à 32600€) est supprimée à compter du 1er janvier 2016.
- La réduction à 2 ans du délai de reprise de l’Administration, qui avait été instituée, sous certaines conditions, au profit des seuls adhérents d’OGA en matière d’imposition des bénéfices professionnels et de TVA, est supprimée. Tous les adhérents d’OGA relèvent donc désormais du délai de reprise de droit commun de 3 ans.
- La déduction intégrale du salaire du conjoint de l’exploitant adhérent d’un OGA est supprimée. L’avantage principal à l’adhésion à un organisme de gestion agréé, la non-majoration de 25 % du revenu professionnel, reste acquise aux adhérents d’OGA.

Source : L. fin. 2015, n° 2014-1654, 29 déc. 2014, art. 69, 70 et 80

Ce qui change dans les entreprises au 1er janvier 2015 :

  • 1. Smic : revalorisation de 0,8 % Au 1er janvier 2015, le taux horaire du Smic est porté à 9,61 euros bruts contre 9,53 euros depuis le 1er janvier 2014, soit 1457.52 euros bruts mensuels sur la base de la durée légale de 35 heures hebdomadaires. Le minimum garanti est quant à lui relevé de 0,2 % au titre de l’inflation et s’établira donc à 3,62 euros au 1er janvier 2015.
  • 2. Baisse des cotisations familiales En 2015, le taux de la cotisation patronale d’allocations familiales baisse de 1,8 point pour les salaires allant jusqu’à 1,6 Smic (même seuil que pour les allègements Fillon). En 2016, le plafond sera élevé à 3,5 Smic.
  • 3. Nouveau calcul des indemnités journalières A partir du 1er janvier 2015 interviennent des modifications concernant le plafonnement du salaire de référence pour le calcul des Indemnités Journalières de Sécurité Sociale maladie et maternité, et la limitation de l’IJSS accidents du travail-maladies professionnelles.
  • 4. Mise en place du compte personnel de formation (CPF) La mesure-phare de la loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle continue entre en vigueur le 5 janvier 2015. A partir de cette date, chaque personne, dès son entrée sur le marché du travail, bénéficiera d’un montant d’heures annuel au titre du CPF : 24 heures par an pendant les 5 premières années puis 12 heures par an pendant les 3 années suivantes, plafonné à 150 heures sur huit ans. La mise en place du compte personnel de formation signe la fin du Droit Individuel à la Formation. Contrairement au DIF, les heures portées au crédit du compte personnel de formation le demeurent en cas de changement de statut et jusqu’à la mobilisation du compte ou départ à la retraite de son titulaire. A savoir : les heures acquises au titre du DIF et non utilisées, au premier janvier 2015, par le salarié seront portées au crédit du Compte Personnel de Formation. Avant le 31 janvier 2015, l’entreprise devra remettre une attestation aux salariés, précisant leurs droits au DIF, afin que ces heures puissent être portées au CPF.
  • 5. Arrivée du conseil en évolution professionnelle Cette mesure est elle aussi issue de la loi sur la formation professionnelle. Toute personne pourra bénéficier, à titre gratuit, d’un conseil en évolution professionnelle (CEP) dès son entrée sur le marché du travail et jusqu’à son départ en retraite, quel que soit son âge, son secteur d’activité, son statut et sa qualification. Ce CEP s’adresse aux salariés du secteur privé, mais également aux travailleurs indépendants, artisans, professions libérales, auto-entrepreneurs, et aux salariés du secteur public, fonctionnaires titulaires, contractuels ou vacataires. Le dispositif est censé entrer en vigueur au 1er janvier 2015.
  • 6. Début de l’entretien professionnel Toujours issu de la loi sur la formation, l’entretien professionnel devient obligatoire tous les deux ans. Tout salarié en poste dès mars 2014 devra l’avoir passé avant mars 2016. Un entretien de bilan a lieu six ans après le premier entretien professionnel. SOURCE : PORTAIL ÉCONOMIQUE DU VAL D’ESSONNE

Déclaration des revenus CARPIMKO, ce qui change : Dématérialisation :

Annoncée par la LFSS 2014, précisée par un décret et la loi TPE en juin dernier, la dématérialisation de la déclaration des revenus et du paiement des cotisations arrive en force. Depuis le 1er octobre, elle est obligatoire pour les professionnels ayant plus de 25 000 € de cotisations sociales à acquitter. A partir du 1er janvier, elle s’impose à tous les professionnels dès que leur dernier revenu d’activité connu excède 50 % du PASS (soit 19 020 € au 01/01/15). A partir de 2016, ce pourcentage sera de 20 %, soit au-delà de 7608 €.

L’obligation ainsi est faite : ● d’effectuer votre déclaration en ligne sur le site internet de la Carpimko (espace personnel) ● de vous acquitter des cotisations soit par prélèvement automatique soit par virement bancaire et non plus par chèque ou par TIP

Déclarations des revenus d’activité non salariée La date limite de déclaration devrait passer au 20 mai en courrier postal et au 10 juin en voie dématérialisée.

URSSAF, ce qui change :

L’URSSAF, voit des modifications apportées en ce début d’année, avec comme mesure phare, issue du pacte de responsabilité et de solidarité, la modulation du taux de cotisation des allocations familiales.

  • 1. Modulation du taux de cotisation des allocations familiales en fonction des revenus professionnels A compter du 1er janvier 2015, le taux de cette cotisation est modulé en fonction du montant des revenus professionnels : • pour les revenus inférieurs à 41 844 € (110 % du PASS 2015), le taux est fixé à 2,15 % (au lieu de 5,25 %) • pour les revenus compris entre 41 844 € et 53 256 € (entre 110 % et 140 % du PASS 2015), le taux augmente progressivement entre 2,15 % et 5,25 % • pour les revenus supérieurs à 53 256 €, le taux reste fixé à 5,25 %
  • 2. Régularisation anticipée des cotisations La base de calcul de nos cotisations et contributions est constituée des revenus d’activité non salariée et des cotisations sociales personnelles obligatoires qui ne peuvent être appréciés que de façon annuelle. Il existe un décalage important entre la perception de ces revenus et le chiffrage des cotisations. Afin d’atténuer cet écart, la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2014 généralise les dispositifs de régularisation anticipée et d’ajustement des cotisations provisionnelles. Cette mesure vise à intégrer le plus tôt possible les déclarations de revenus pour permettre le calcul des cotisations définitives de l’année de référence et les provisionnelles de l’année en cours à partir des derniers revenus connus pour tenir compte des variations éventuelles.

Les avantages de la nouvelle mesure : • A compter de 2015, les cotisations provisionnelles 2015, appelées initialement sur la base du revenu 2013, sont ajustées dès connaissance du revenu 2014. Elles seront donc révisées sur une base antérieure d’un an, au lieu de deux comme précédemment. Cela limitera l’ampleur des régularisations • La régularisation des cotisations précédentes interviendra non plus en fin d’année, mais dès que le revenu de l’année concernée aura été enregistré par l’Urssaf Ainsi en 2015, dès que vous aurez déclaré vos revenus professionnels de l’année 2014, vous recevrez un nouvel échéancier 2015.

Il comprendra : • le calcul de la régularisation de vos cotisations 2014 • le recalcul du montant de vos cotisations provisionnelles 2015 sur la base de vos revenus 2014 • le montant provisoire de vos premières échéances de cotisations provisionnelles de l’année 2016. Plus tôt vous déclarez vos revenus 2014, plus tôt vous bénéficiez : • de la régularisation anticipée de vos cotisations 2014 avec un remboursement éventuel du trop-perçu si la situation de votre compte le permet ; • du recalcul des cotisations provisionnelles de l’année 2015 en fonction de vos revenus 2014.

Le paiement du complément éventuel de cotisations concernant la régularisation 2014 sera réparti sur un plus grand nombre d’échéances, à savoir celles restant à appeler sur l’exercice en cours. Vous disposerez ainsi d’une meilleure visibilité de votre trésorerie pour l’année en cours. A noter également • Le nombre d’échéances mensuelles passe de 10 à 12, de janvier à décembre • La suppression des dispenses de cotisations et contributions pour insuffisance de revenus • La dématérialisation des déclarations et paiements des cotisations (cf CARPIMKO)

Défaut de livraison des commandes sur internet :

Le commerce électronique ou e-commerce se définit comme l’activité économique par laquelle une personne propose ou assure à distance et par voie électronique la fourniture de biens ou de services. L’augmentation en volume de cette activité a incité le législateur à prendre des mesures tendant à la protection des clients de e-commerçants.

La Loi du 21 juin 2004 dite Loi sur la Confiance dans l’Economie Numérique (LCEN) a œuvré à cette fin en renforçant les obligations des e-commerçants. Il convient de rappeler que les dispositions préexistantes en droit civil (contrat de vente) et en droit de la consommation (contrat conclu à distance) sont également applicables en la matière.

Malgré cet arsenal juridique, il n’est pas rare de se retrouver confronté à un e-commerçant indélicat. Parfois, il est possible d’éviter ce genre de désagrément en prenant quelques précautions d’usage avant de s’engager. Ces précautions peuvent s’avérer, malgré tout, inefficaces. Le consommateur devra alors entamer des démarches pour faire respecter ses droits. Les précautions d’usage

A titre liminaire, il ne faut pas oublier que le site Internet d’un e-commerçant n’est rien d’autre que sa « vitrine virtuelle ». A côté de cela, le commerçant exerce à titre individuel en son nom propre ou en qualité de gérant d’une société commerciale. Le code de la consommation et la Loi LCEN imposent des obligations en matière d’information relative au contexte juridique dans lequel exerce le commerçant. Ces informations permettent de connaître plus précisément le statut juridique et l’activité du e-commerçant.

L’article 19 de la Loi LCEN exige donc que toute personne exerçant une activité de commerce électronique est tenue d’assurer sur le site Internet un accès facile, direct et permanent aux informations suivantes ! Pour les sociétés : Raison sociale, adresse d’établissement, adresse électronique et numéro de téléphone, numéro d’inscription au registre du commerce ou répertoire des métiers, capital social et adresse sociale Pour les personnes physiques : Ses nom et prénoms, adresse électronique, numéro de téléphone, numéro d’inscription au répertoire des métiers Pour les sociétés et personnes physiques : Informations sur la TVA et identification du numéro d’assujetti (Siret), nom et adresse de l’autorité ayant accordé une autorisation d’activité si il y a lieu, référence des règles professionnelles s’il s’agit d’une profession réglementée Le code de la consommation n’est pas en reste. L’article L 111-1 impose aux professionnels une obligation générale d’information précontractuelle. L’article L 111-1 4° exige que le professionnel communique les informations relatives :
- à son identité, à ses coordonnées postales, téléphoniques et électroniques
- à ses activités, pour autant qu’elles ne ressortent pas du contexte, ainsi que, s’il y a lieu, celles relatives aux garanties légales, aux fonctionnalités du contenu numérique et, le cas échéant, à son interopérabilité, à l’existence et aux modalités de mise en œuvre des garanties et aux autres conditions contractuelles. L’article L111-1 3° du code de la consommation impose aux professionnels d’indiquer la date ou le délai auquel il s’engage à livrer le bien ou à exécuter le service. Le non respect de ces obligations peut aboutir à une amende administrative maximale d’un montant de 3000€ pour un e-commerçant personne physique et 15 000€ pour une personne morale. A partir de ces informations, qui doivent nécessairement figurer sur le site Internet, il est possible de vérifier l’activité réelle et effective de la société ou du commerçant individuel avant de commander un quelconque produit ou service.

Ces vérifications peuvent être complétées par des recherches de notoriété de la société ou du commerçant individuel, notamment sur les sites spécialisés ou les forums des associations de défense des consommateurs.

Les démarches à réaliser à défaut de livraison Le défaut de livraison est une cause de résolution du contrat de vente. Le droit commun des contrats permet la résolution judiciaire du contrat en l’absence de livraison (article 1604). L’acheteur doit, avant toute chose, mettre en demeure par lettre recommandée avec accusé réception le vendeur de livrer le bien convenu dans le délai requis. A l’expiration du délai de mise en demeure, l’acheteur pourra introduire une action judiciaire en résolution de la vente. Ce schéma s’applique en toutes hypothèses : entre particuliers, entre commerçants ou professionnels, entre un professionnel et un consommateur. A cela s’ajoutent les dispositions des articles L 138-1 à 138-6 du code de la consommation lorsque le contrat de vente a été conclu entre un professionnel et un consommateur. L’article 138-1 rappelle que le professionnel est tenu de livrer à la date qu’il a lui-même indiquée (voir article L 111-1 3°). A défaut d’indication (ce qui constitue une infraction), le professionnel doit livrer dans un délai maximal de 30 jours à compter de la conclusion du contrat. A l’expiration des délais indiqués, le consommateur peut rompre de manière unilatérale le contrat par l’envoi d’une lettre recommandée avec accusé réception ou par un écrit sur un autre support durable (télécopie et mail) après avoir demandé, une dernière fois, au professionnel de s’exécuter dans un délai raisonnable (article L 138-2 du code de la consommation). Le contrat sera alors considéré comme résolu sans procéder par voie judiciaire. Le professionnel doit alors rembourser la totalité des sommes versées par le consommateur, au plus tard dans les quatorze jours suivant la date de dénonciation du contrat. La somme versée par le consommateur est de plein droit majorée de 10% si le remboursement intervient au plus tard trente jours au-delà de ce terme, de 20% jusqu’à soixante jours et de 50% ultérieurement (article L 138-3 du code). Bien entendu, et c’est malheureusement le risque à cette étape de la procédure, le e-commerçant peut faire l’objet au moment des démarches d’une procédure en liquidation judiciaire, ce qui rend de facto sans objet toutes ces démarches. Pis encore, cette démarche peut révéler que le e-commerçant vendeur n’a jamais eu une réelle activité. Dans une telle hypothèse, la réponse la plus opportune réside au niveau pénal par une plainte pour les faits d’escroquerie. Source MACSF

Quelques infos +/- scientifiques :

VISION : Restauration de la vue, interventions, le cerveau a son mot à dire : ICI

Neurologie : quand le cerveau entend ce qu’il devrait voir : ICI

Santé oculaire : des seniors très concernés... : ICI

Comment le cerveau s’accommode-t-il à la restauration de la vue ? ICI

Sortir de l’obscurité grâce à des prothèses oculaires : ICI

UNRIO :

UNRIO Les programmes de l’UNRIO sont disponible ICI

UNRIO-DPC Nous vous rappelons l’importance de vous inscrire avant le 31 mars 2015 à une formation pour l’année 2015, quelle que soit la date de la session. En effet les indemnités pour une inscription faite à partir du 1er avril 2015 ne sont pas encore déterminées, elles seront vraisemblablement à la baisse et pour l’orthoptiste et pour l’UNRIO.

Même si le stage choisi affiche complet sur le site OGDPC envoyez à l’UNRIO votre dossier et inscrivez-vous sur le site www.mondpc.fr . Des sessions supplémentaires, selon les demandes, seront peut-être ajoutées.

Parmi les prochains stages, n’oubliez pas : PARIS 12 et 13 février 2015 : Pré-requis visuels nécessaires aux apprentissages scolaires. Quel dépistage ? DAX 12 et 13 mars 2015 : Diplopie : rééducation / Compensation

Le Site de l’OGDPC est de nouveau accessible pour les inscriptions à un programme.

Vous avez tous du recevoir la dernière newsletter OGDPC du 20/01, mais au cas où vous ne l’auriez pas lue :

Afin de simplifier la gestion des procédures de vos inscriptions aux sessions des programmes de DPC, plusieurs évolutions ont été mises en place suite à la maintenance réalisée le 19 janvier 2015 : • Inscription 2015 : vous pouvez à nouveau vous inscrire à un programme de DPC via votre espace sécurisé habituel. L’onglet "inscription 2015" présent sur la page d’accueil de www.mondpc.fr a donc été supprimé. Toutes les inscriptions2015 réalisées au préalable ont bien été reprises sur votre compte personnel ; • Evolution d’affichage : les programmes de DPC sont désormais affichés du plus récent (en début de liste) au plus ancien (en fin de liste) et les programmes glissants 2014/2015 sont intégrés à la liste des programmes de 2015 ;

Rubrique "Mon forfait DPC" : la prise en charge des programmes de DPC étant limitée, à ce jour, à un programme de DPC (hors éventuellement un programme formation de formateur, un programme maîtrise de stage et un programme PAERPA), de ce fait, le budget alloué au regard de l’année 2015 n’est plus affiché.

Pour vous informer contactez l’UNRIO : 01.40.22.03.04

Groupe Facebook SNAO :

Je vous rappelle que nous avons ouvert un groupe Facebook. Il s’agit d’un groupe fermé, réservé aux adhérents. Le but est de permettre une meilleure rapidité dans la transmission de nos informations. Ce groupe est là pour que vous puissiez échanger facilement. Vous pourrez poser vos questions, avoir les informations immédiatement, savoir ce qui se passe dans le monde orthoptique, et ainsi donner directement votre avis.

Il suffit de rechercher SNAO sur FB et de demander à rejoindre le groupe. Petites annonces : Comme d’habitude vous retrouverez les petites annonces sur le site ICI Continuez à nous soutenir, adhérez encore en 2015 et faites adhérer

mise en ligne le 02/03/2015



Dans la même rubrique
Clin d’oeil de juillet 2014 | Le clin d’oeil de juin 2014 | Clin d’oeil de mai 2014 | Clin d’oeil d’avril 2014 | Clin d’oeil de mars 2014 | Clin d’oeil de mars 2015 | Clin d’oeil de février 2014 | Clin d’oeil de février 2015 | Clin d’oeil de janvier 2015 | Clin d’oeil janvier 2014 | Clin d’oeil de décembre 2014 | Clin d’oeil de novembre 2014 | Clin d’oeil d’octobre 2014 | Clin d’oeil de septembre 2014
SPIP Plan du site Création site internet : Anthemis