Syndicat National Autonome des Orthoptistes
Informations
Informations journalières
Retour

Covid-19: Informations au 14 Avril 2020

Mardi 14 avril 2020
Partager :
Partager

Vingt-neuvième jour de cette période de confinement liée à l'épidémie covid-19, voici les informations au 14 Avril 2020 pour les orthoptistes et plus largement pour les professionnels de santé.

  • Concertations pour une prise en charge, par la CNAM, des charges fixes des cabinets de libéraux de santé

Lors de la réunion UNPS du 11 avril, les informations sur les prises en charges que la CNAM pourrait verser aux professionnels libéraux se sont affinées.
La CNAM est chargée des concertations avec les syndicats représentatifs afin d’établir la liste des charges fixes de chaque profession de santé puis le Gouvernement publiera une Loi et des ordonnances à la suite des concertations. 
Cette Loi devrait sortir rapidement et s'orienterait vers une prise en charge (partielle ou totale ?) des charges fixes des cabinets. 
Les syndicats qui ont pu déjà discuter avec les services de la CNAM ont demandé que soit ajouté un volet sur les pertes de revenus mais, pour l'instant, cette demande n'a pas encore été validée. 
Des réunions techniques doivent se réunir sur les taux de charges de chacune des professions pour définir l'activité de chacune d’entre elle et trouver celles qui constitueraient un socle commun. 
Ce qui n'est pas encore défini, c'est la référence qui sera prise en compte : comparaison mois à mois ou comparaison du mois d'avril par rapport à un mois habituel de l'année antérieure ? 
Un téléservice va être rapidement mis en place par la CNAM afin que chaque professionnel puisse y déposer sa déclaration individuelle. 
En fonction de cette déclaration, la CNAM effectuera le versement d'une avance puis, en autonome, le calcul sera fait avec les chiffres réellement effectués puis une régularisation interviendra en fin d'année (en positif ou en négatif). 
Ce processus sera le même pour toutes les professions. 
Il semblerait que nous nous orientions vers une prise à 100% des charges fixes (reste à définir précisément ces charges) 
Dans ces charges fixes, la CNAM définit aussi des charges variables (comme les cotisations sociales qui sont proportionnelles aux revenus). 
Les syndicats argumenteront pour que ces charges aussi entrent dans les charges indemnisées.

Le SNAO devrait rencontrer très prochainement le Directeur Général de la CNAM et ses services pour apporter les spécificités de notre profession. 

 

  • Renouvellement des corrections optique, où en sommes-nous?

Voilà des semaines que le décret sur le renouvellement des corrections optiques par les orthoptistes devrait être sorti. Bien évidemment, le Ministère de la Santé avait d’autres priorités, mais nous n’avons cessé de le relancer vu que tout était prêt pour parution fin mars.  
Ce matin, le Ministère nous a confirmé que le décret devrait paraitre dans les jours qui viennent, afin que les orthoptistes puissent être opérationnels dès la sortie de confinement. 
 
Nous pouvons anticiper que les cabinets d’ophtalmologie seront plus qu’occupés par les cas pathologiques qu’ils n’ont pas pu suivre et traiter pendant la période de confinement, repoussant peut être, les “simples” consultations de “lunettes” à un temps ultérieur. 
 
C’est là que les orthoptistes pourront jouer à plein leur rôle dans cette activité qui monte en puissance mais qui est toujours bridée, à ce jour, par la non-parution du décret. Ce devrait être chose faite dans les jours à venir. 
 
Dès la parution du décret, nous mettrons en place une stratégie de communication et comptons sur l’ensemble des professionnels pour la relayer massivement auprès du Grand Public, des prescripteurs et de leurs patients.

Les initiatives personnelles seront aussi les bienvenues. 

 

  • Communiqué de presse: Le SNAO interpelle le Ministre des Solidarités et de la Santé en association avec d’autres professions de santé 

Le SNAO en association avec d'autres syndicats ont rédigé et adressé ce jour un courrier à destination du Ministre de la santé, pour que, très vite, nous puissions être équipés et recevoir les patients en perte de chance de soins à cause de la fermeture obligatoire de nos cabinets.

Lire le communiqué de presse ici

 

  • Communiqué de presse: La FFPS demande un soutien financier et l'équipement des professionnels

La FFPS appelle, de plus et une fois encore, à l’équipement en matériel de protection des praticiens de santé pour que les cabinets puissent rouvrir au plus vite. 

Lire le communiqué de presse ici

 

  • Courrier ARS: 2 nouvelles régions

Après l'Ile de France, l'Occitanie et la région PACA, c'est au tour des ARS de Normandie et de La Réunion de demander la fermeture des cabinets d'orthoptie chacune dans sa Région. 

Ces courriers des ARS ne sont pas des obligations de fermetures administratives telle que l'entend le Gouvernement, mais ont pour rôle d’indiquer la conduite à tenir pendant cette période. 

Pour rappel, et tant que les équipements de protection ne sont pas accessibles aux orthoptistes, seuls les soins urgents doivent être assurés, les soins “courants” doivent, eux, être reportés. 

Ces prises de positions de la part de services déconcentrés de l’Etat, appuient nos revendications répétées afin de pouvoir bénéficier, à notre tour, des équipements de protection nous permettant ainsi de rouvrir au plus vite nos cabinets de ville.

 

  • FAQ

1. Avons-nous le droit de consulter en libéral ? 
Certaines ARS ont demandé la fermeture des cabinets d’orthoptie (IDF, PACA, Occitanie, Normandie et Réunion), mais ces courriers ne sont pas  des demandes de fermetures administratives telle que l'entend le gouvernement.  

 2. Y a-t-il des actes considérés "urgents" dans notre cas ? Si oui, lesquels ? 
La notion d’urgence est bien dans notre décret de compétence, mais elle n’a pas été réellement définie. Donc aucune définition officielle de ce que pourraient être des actes urgents. Ceci dit, nous avons tous en tête quelques situations, la plus évidente étant la diplopie brutale. 

 3. Pouvons-nous pratiquer les champs visuels pour les ophtalmologistes qui reçoivent des suivis de glaucome ou des urgences neurologiques ? 
Là encore, pas de fermeture administrative demandée. Les ARS ont demandé la fermeture des cabinets mais permettent les soins urgents. Dans les cas que vous évoquez, la notion d’urgence peut être retenue. La principale question est de savoir comment bien se protéger et protéger vos patients. Sachant ce qu’est un examen de champ visuel, il nous semble qu’il faut être très prudents car la désinfection n’est pas simple. Si vous pouvez tout mettre en œuvre (gants masques, distance, désinfection...) pourquoi pas. 

 4. Les orthoptistes qui ouvrent leur cabinet libéral risquent-elles d'être radiées si elles effectuent des actes non urgents, des consultations classiques (bilans, rééducations) ? 
Il n’y a pas de fermeture administrative, seules 5 ARS qui ont demandé la fermeture. Et il s’agit là d’une “demande”. Par contre, attention, si vous ne pouvez pas vous protéger et protéger vos patients. Nous ne sommes jamais à l’abri d’un patient qui porte plainte. 

5. Les ophtalmologistes ont-ils le droit de reprendre des consultations normales (autres que urgentes) ? 
Ils sont dans les mêmes conditions que nous, pas de fermeture administrative et eux n’ont pas de demande des ARS. Donc oui, ils peuvent travailler ainsi que leurs orthoptistes salariés. Mais encore une fois, s’ils ont de quoi protéger les patients, protéger leurs employés et se protéger.  

6. Certaines orthoptistes n'ont ni enfant, ni perte de 50% de chiffres d'affaire (baisse entre 45 et 48%). Elles n'ont donc pu avoir aucune aide. Est-ce que des solutions vont être mises en place pour dans ces cas-là ? 
Pour le mois d’avril, vous devriez avoir droit au fond de solidarité puisque le mois sera complet. En mars, le confinement avait commencé le 16.  
En parallèle, comme vous l’avez lu plus haut, il est question que la CNAM prenne en charge les charges fixes des cabinets. Des discussions sont en cours, nous serons bientôt reçus. Nous vous en dirons plus dès que nous aurons des éléments précis. 

 

  • Les orthoptistes se mobilisent !

Pauline, orthoptiste libérale dans le 5ème arrondissement de Paris 
Avec les membres de notre association de notre future CPTS, nous avons décidé de monter une structure sur notre arrondissement afin d’y accueillir les patients suspectés d’avoir le covid 19. L’idée première était qu’ils ne soient pas en contact avec les patients présentant d’autres pathologies dans les salles d’attente des médecins généralistes. Nous avons créé la cellule covid 19 et sollicité notre maire afin d’obtenir un local.  
Dès le jeudi 20 mars, les paramédicaux du V volontaires ont accueillis les patients et les médecins généralistes et qq spécialistes les ont reçus afin de les évaluer à la demande de leur médecin traitant ou du SAMU. 
Personnellement, je fais partie d’un groupe avec 2 généralistes dont les missions évoluent et varient au fil des semaines.  
La première semaine, il a fallu contacter les pharmacies afin de récupérer un maximum de masques, de gel hydroalcoolique et des gants. ; mais aussi faire les affiches signalétiques pour le centre. 
La deuxième semaine, les appels et les mails se sont dirigés vers les laboratoires, les centres d’imagerie, les médecins généralistes et les infirmiers. 
La troisième semaine, rebelotte avec les laboratoires et les centres d’imagerie car les données changent rapidement. 


Lire ici l’article de BFM TV sur ce cabinet médical dédié au coronavirus dans les locaux de la mairie du 5e 
 
Agnès, Isabelle et Anne, orthoptistes libérales à St Martin d’Hères (près de Grenoble) 
Agnès, Isabelle et Anne, toutes trois installées en libéral, sont actives auprès de leur CPTS qui fait partie du pôle de santé inter professionnel universitaire de St Martin d'Hères (PSIPu). 
Isabelle a participé à l’organisation du centre COVID, mis en place pour les consultations physiques et de télémédecine des patients atteints ou suspectés de COVID 19. Ce centre a été créé par les médecins généralistes pour éviter aux patients suspects de rentrer en contact avec les autres patients non COVID et pouvoir assurer ainsi une continuité des soins. 
Dans ce cadre le standard et l’accueil physique sont effectués par des paramédicaux de la CPTS. Les patients sont envoyés par le 15 ou leurs médecins traitants, pour une consultation physique ou une téléconsultation avec un médecin généraliste (de la CPTS). Ils peuvent également être redirigés directement aux urgences vers le 15 si les symptômes semblent demander une hospitalisation ou se voir proposer une visite à domicile. 
Isabelle gère depuis son domicile les plannings des différents paramédicaux libéraux intervenants au centre. Son rôle est organisationnel, elle a mis en place des groupes qui se succèdent à tour de rôle pour éviter au maximum les contacts entre eux.  
Agnès et Anne ont passé des appels à un groupe de patients à risque non atteints par le covid (>75 ans avec facteurs de comorbidité, dépendance, passage de paramédicaux à domicile...)  
Il y avait environ 400 personnes à contacter sur la commune. Un petit groupe de 8 personnes dont Agnès et Anne font partie, s'en est chargé (depuis leur domicile, tout en gardant leurs bambins). Au début du confinement il était surtout question de leur rappeler les règles du confinement, les règles d'hygiène, de leur redonner les numéros de téléphone. Puis au fur et à mesure il a été plutôt question de connaitre leur organisation du quotidien, savoir s’il ne manquaient pas de médicaments, comment s'organisaient ils pour leurs courses, souffraient-ils de la solitude ?  
Un retour était fait au médecin traitant de façon systématique, et une cellule d'écoute bénévole avec les psychologues du pôle de santé a été mise en place.  
Les retours patients ont toujours été excellents, très contents qu'on prenne de leurs nouvelles, qu'on les écoute, qu'on les conseille et rassure. Cette aide a été bénéfique car elle a permis de déceler plusieurs situations à risque.  
La cellule de prévention a tellement bien fonctionné que les médecins envisagent de refaire le même travail pour préparer au déconfinement. Affaire à suivre...  
Merci de ce que vous faites pour nous au quotidien au SNAO, continuez !! 
 
William et Antoine (Cellule de crise COVID-19 Ressource Humaine -Assistance Publique des hôpitaux de Paris) 
Depuis le début de la crise, nous avons tout mis en œuvre pour aider. Nous nous sommes inscrits sur toutes les plateformes possibles et inimaginables. Après 1 mois de confinement à Paris, nous avons été appelés pour rejoindre la cellule de Crise covid-19 Ressource Humaine de l’assistance publique des hôpitaux de paris (AP-HP).  
Nous avons rejoint une magnifique équipe d’une centaine de volontaires, créé dans l’urgence pour répondre à la crise ! C’est l’occasion de faire de magnifiques rencontres ! 
Notre rôle est d’appeler les plus de 20 000 soignants qui se sont portés volontaires sur la plate-forme MEDGO et d’utiliser nos réseaux respectifs pour répondre aux besoins des hôpitaux.  
L’idée est donc de répondre aux demandes des hôpitaux, qui nous sont formulés tous les jours, voire même, toutes les heures. Il y a donc beaucoup de changements, ce qui demande à tout le monde une certaine souplesse dans leur organisation.  
Nous sommes fiers de pouvoir contribuer, à notre manière, pour lutter contre ce virus. 
Nous espérons que cela durera le moins longtemps possible mais nous serons présents le temps qu’il faudra pour soutenir nos soignants et nos patients. Fier de représenter les orthoptistes au sein de cette cellule." 

 

  • Discours du Président de la République du 13 Avril 2020

Suite à la dernière allocution du Président de la République, voici les points que nous avons retenus : 
- Prolongement jusqu’au 11 mai puis déconfinement progressif 
- Mesures pour que les familles puissent voir les personnes en fin de vie en EHPAD 
- Généralisation des tests à partir du 11 mai pour toutes personnes avec des symptômes, professionnels médicaux et personnes fragiles. 
- Mise en place de tracking GPS pour les volontaires, après consultation des assemblées 
- Ouverture progressive des crèches, écoles, collèges et lycées à partir du 11 mai 
- Maintien du confinement après le 11 mai pour les personnes “vulnérables” 
- Pas d’ouverture des restaurants et autres lieux accueillant du public à partir du 11 mai. Il faudra attendre encore 
- L’usage des masques pourra devenir obligatoire après le 11 mai 
- Aides pour les familles les plus modestes 
- Renouvellement du fond d’indemnisation pour avril et mai (1500€) 
- Appel aux assurances pour rejoindre l’effort de solidarité 
- Renforcement des mesures pour le décalage des crédits 

 

  • Trucs et astuces

Bien vu, lecture en accès libre pendant la durée du confinement 

Culture chez nous : les ressources du Museum d’histoire naturelle 

Le jardin des plantes depuis chez vous

Le Musée de l’Homme depuis chez vous

La Cité des Science propose des animations scientifiques ludiques pour les plus jeunes 

 

On est avec vous, courage !

A très bientôt