Syndicat des Orthoptistes Autonome SNAO Communiqués de presse
 
 
Connexion adhérents

Mot de passe oublié ?
connection adhérents


 
 

SNAO
22 rue Richer
75009 PARIS
Tél : 01 40 22 03 04
Fax : 01 40 22 03 12 contact@orthoptiste.pro

 
 
ACCUEIL > Actualités et Agenda > Communiqués de presse > Communiqué de presse du 20 octobre 2016

Communiqué de presse du 20 octobre 2016

Jeudi 20 octobre 2016

Communiqué de presse du 20 octobre 2016

Décret relatif aux conditions de délivrance de verres correcteurs ou de lentilles de contact oculaires correctrices et aux règles d’exercice de la profession d’opticien-lunetier : la réaction du SNAO

Négocié par les syndicats des opticiens et en particulier la FNOF, le nouveau « décret relatif aux conditions de délivrance de verres correcteurs ou de lentilles de contact oculaire correctrices et aux règles d’exercice de la profession d’opticien-lunetier » assoie, s’il en était besoin, la position des opticiens-lunetiers comme professionnels paramédicaux.

Le SNAO salue cette étape supplémentaire qui renforce la cohésion des 3 O au sein de la filière visuelle.

Toutefois, les orthoptistes s’inquiètent de la parution de ce texte autant pour la santé visuelle des patients que pour leur propre avenir.

Ils considèrent légitimement qu’ils ont tout autant leur place dans le renouvellement/adaptation des systèmes de corrections optiques.

Les orthoptistes appellent donc à l’ensemble de la filière à l’union pour demander une modification de la Loi Santé en ce sens.

Le Syndicat National Autonome des Orthoptistes rappelle qu’il se mobilise depuis des années pour que les 4000 orthoptistes français puissent participer à la réduction des délais d’attente dans les cabinets d’ophtalmologie

• En obtenant la possibilité, tout comme les opticiens-lunetiers, de renouveler/adapter les corrections optiques • En obtenant la rémunération des protocoles de délégations pour tous les orthoptistes (salariés ET libéraux) • En obtenant le suivi des patients « physiologiques » confiés par les ophtalmologistes qui choisiraient eux-mêmes les modalités de ce suivi et ceux de leurs patients éligibles

Faute de quoi, les orthoptistes se verront dans l’obligation d’informer leurs patients que :

• Actuellement le seul circuit totalement sécurisé pour le renouvellement/adaptation de leurs corrections optiques reste la consultation ophtalmologique assistée ou non par un orthoptiste salarié

• La possibilité qui leur est offerte de faire renouveler/adapter leurs corrections par l’opticien se limitera à la mesure de leur seule réfraction à l’exclusion de tout autre examen

• Les compétences légales en réfraction et en exploration fonctionnelle des orthoptistes se trouvent totalement dévalorisées par l’impossibilité qui leur est faite d’accéder à l’ajustement des corrections

L’ensemble des orthoptistes, en délivrant ces informations, se prémunira ainsi de tout recours possible ainsi que de tout risque pour leurs patients, risque si souvent invoqué lorsqu’ils réclament d’être considérés comme les autres acteurs de la filière en matière de renouvellement/adaptation.

Pas sur que les délais et la santé publique en sortent gagnants !

Paris le 20 octobre 2016


SPIP Plan du site Création site internet : Anthemis