Syndicat des Orthoptistes Autonome SNAO Communiqués de presse
 
 
Connexion adhérents

Mot de passe oublié ?
connection adhérents


 
 

SNAO
22 rue Richer
75009 PARIS
Tél : 01 40 22 03 04
Fax : 01 40 22 03 12 contact@orthoptiste.pro

 
 
ACCUEIL > Actualités et Agenda > Communiqués de presse > Communiqué de Presse du SNAO : Orthoptistes VS Reconnaissance des (...)

Communiqué de Presse du SNAO : Orthoptistes VS Reconnaissance des Optométristes

Lundi 6 mai 2013

COMMUNIQUE DE PRESSE

Paris le 25 avril 2013

Le SNAO, premier syndicat représentatif des orthoptistes, s’inquiète des rumeurs qui circulent à propos de la reconnaissance imminente, par le gouvernement, de la profession d’optométriste sur le territoire français.

Le SNAO s’étonne aussi que les représentants des associations d’optométristes soient reçus aussi régulièrement par les cabinets et les conseillers techniques alors que les orthoptistes, dont la profession est inscrite au Code de la Santé, n’obtiennent qu’au compte goutte des rendez vous au cours desquels il est très difficile d’obtenir des assurances sur l’avenir.

Et pourtant, le gouvernement par la voix de Mme Marisol Touraine, a réaffirmé à plusieurs reprises devant les parlementaires, comme tous ses prédécesseurs au Ministère de la santé, que « les orthoptistes et les opticiens-lunetiers interviennent déjà en complément des ophtalmologistes et qu’il sera jugé de la pertinence d’inclure de nouveaux actes dans le champ de leurs compétences dans les années futures, ne jugeant ainsi pas nécessaire de reconnaitre actuellement l’optométrie. »

Le candidat François Hollande lui-même, interrogé lors de la campagne électorale pour le SNOF (Syndicat National des Ophtalmologistes de France), avait écrit le 24 avril 2012 : « La possibilité ouverte de déléguer des actes et a ctivités entre ophtalmologues et orthoptistes sous le contrôle rigoureux de la Haute Autorité de Santé co nstitue bien un élément de réponse [...] Plusieurs pistes seront examinées de front : augmen ter le nombre d’ophtalmologues formés chaque année ainsi que celui des orthoptistes formés, pour rendr e effectives les délégations validées par la Haute Autorité de Santé. Ces mesures, qui seront discutée s et négociées avec les représentants des ophtalmologues et des orthoptistes, pourraient avoi r un impact relativement rapide et tout à fait conséquent sur les délais de prise de rendez-vous e t sur la « désertification » qui menace, sans porte r préjudice à nos comptes sociaux. [...] Concernant la séparation des activités de prescript ion et de vente, les opticiens peuvent d’ores et dé jà renouveler les lunettes sans nouvelle prescription de l’ophtalmologue avec une ordonnance de moins de trois ans. Je ne compte pas revenir sur cette mesure. En revanche, je ne vois pas de justification, au vu des données dont nous disposons, pour confier aux opticiens la capacité de prescrire des lunettes ou des lentilles sans recours à un ophtalmologue ou à un orthoptiste. Les expériences étrangères n’indiquent pas que cette mesure soit source d’économies et la préservation de la santé des Français nous impose de rester vigilants sur la surveillance médicale et paramédicale de la vue. Toute évolution dans ce domaine ne pourra être fondée que si son intérêt est prouvé et son innocuité avérée. »

De plus, Mme Touraine, représentant alors le candidat François Hollande devant le CNPS le 15 mars 2012, répondait qu’il n’était pas envisagé de reconnaitre de nouvelle profession de santé sur le territoire français en particulier dans la filière visuelle et que l’Europe ne pouvait l’imposer.

Enfin, Mme Lemorton, Présidente de la Commission de s Affaires Sociales de l’Assemblée Nationale, nous assurait de son soutien et de la volonté du Ministère de la Santé de ne pas permettre l’exercice de l’optométrie en France. C’est pourquoi le SNAO appelle au respect des engagements successifs de nos dirigeants sur le sujet de l’optométrie et à l’établissement d’un réel dialogue pour concrétiser, enfin, les promesses de réelles délégations entre ophtalmologistes et orthoptistes qui passent par une formation initiale à la hauteur de ces derniers : le Master.

Laurent Milstayn

Président du SNAO

Contact : 06 70 23 07 47

Communiqué de Presse : Orthoptistes VS Reconnaissance Optométrie
Communiqué de Presse : Orthoptistes VS Reconnaissance Optométrie

- Retombées-

Dépèche AMP :

SUJET : OPHTALMO DEMOGRAPHIE PARAMEDICAUX SYNDICATS ACCES AUX SOINS PARLEMENT MINISTERE-SANTE

Les orthoptistes s’inquiètent d’une possible reconnaissance de la profession d’optométriste en France

(Par Sylvie LAPOSTOLLE)

PARIS, 29 avril 2013 (APM) - Le Syndicat national autonome des orthoptistes (SNAO) s’est inquiété dans un communiqué d’une possible reconnaissance de la profession d’optométriste en France.

Le député Gérard Bapt (PS, Haute-Garonne) prépare une proposition de loi en ce sens, a-t-on appris lundi auprès de l’intéressé.

"Le SNAO, premier syndicat représentatif des orthoptistes, s’inquiète des rumeurs qui circulent à propos de la reconnaissance imminente, par le gouvernement, de la profession d’optométriste sur le territoire français", indique Laurent Milstayn, président du syndicat.

Les défenseurs de l’optométrie militent depuis plusieurs années pour que les opticiens-optométristes puissent jouer un rôle dans la filière visuelle. Plusieurs propositions de loi ont déjà été examinées sans succès sur ce sujet. Fin janvier, l’Association des optométristes de France (AOF) a indiqué qu’elle espérait une réglementation de la profession d’optométriste en 2013 (cf APM SLQAT001), s’appuyant sur les contacts établis avec les autorités sanitaires.

Le syndicat des orthoptistes s’étonne que les représentants des associations d’optométristes soient reçus "aussi régulièrement par les cabinets et les conseillers techniques" alors qu’eux-mêmes dont la profession est inscrite au code de la santé publique, "n’obtiennent qu’au compte-goutte des rendez-vous au cours desquels il est très difficile d’obtenir des assurances sur l’avenir".

Le président du SNAO indique avoir questionné un conseiller de la ministre de la santé, Marisol Touraine, au sujet de ces rumeurs. On lui a répondu que "rien n’était décidé" et que des études étaient encore à faire.

L’AOF met en avant sur son site internet une question posée par le député Alain Gest (UMP, Somme) sur la réglementation des optométristes, le député plaidant pour l’optométrie, en mettant en avant leur qualité en matière d’adaptation de lunettes, de lentilles de contact et en dépistage d’états oculaires anormaux, permettant de référer rapidement vers le médecin adéquat. Sa question a été publiée au Journal officiel la semaine dernière.

Par ailleurs, le député Gérard Bapt prépare aussi une proposition de loi en faveur de la reconnaissance de l’optométrie, a-t-il confirmé à l’APM. Il l’a transmise au ministère de la santé pour avis.

L’exposé des motifs rappelle les difficultés actuelles d’accès aux soins ophtalmologiques, le retard au diagnostic du glaucome, de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) ou encore les insuffisances du suivi des diabétiques par rapport à leur risque de rétinopathie, ainsi que les problèmes démographiques des ophtalmologistes qui ne permettent pas de faire face aux besoins, indique le député à l’APM.

La réponse avancée est celle des opticiens-optométristes dont la profession serait reconnue dans tous les pays de l’Union européenne sauf en France et en Croatie. Il est proposé que les optométristes fassent un examen de vision, fassent l’adaptation des lentilles de contact et la détection des états oculaires anormaux. Ils seraient autorisés à faire un fond d’oeil.

Le champ de compétences de cette profession serait délimité par décret. Les patients de moins de 16 ans ne seraient pas concernés et les optométristes ne pourraient pas réaliser une première prescription de correction optique.

Gérard Bapt indique avoir été "très prudent" en posant un cadre avec des conditions définies dans un décret en Conseil d’Etat après avis de l’Académie nationale de médecine.

Le député est conscient que ce sujet soulève l’opposition des ophtalmologistes et aussi que cette nouvelle reconnaissance pose un conflit d’intérêts pour les optométristes qui pourraient à la fois prescrire et vendre des lunettes.

"Cependant, il est important que les patients aient des rendez-vous à échéance raisonnable", estime-t-il. Il reconnaît avoir entendu les arguments des optométristes qui sont venus le voir.

Pourtant, le gouvernement et François Hollande ne se sont pas exprimés en ce sens, rappelle le SNAO.

Il mentionne la position prise par Marisol Touraine récemment en faveur de la complémentarité entre ophtalmologistes et orthoptistes, ne jugeant pas nécessaire de reconnaître actuellement l’optométrie, et celle de François Hollande quand il était en campagne électorale, il y a un an exactement alors qu’il était questionné par le Syndicat national des ophtalmologistes de France (Snof).

François Hollande avait rappelé que les opticiens pouvaient déjà renouveler les lunettes sans nouvelle prescription de l’ophtalmologue avec une ordonnance de moins de trois ans et qu’il ne voyait pas de justification, au vu des données disponibles, de confier aux opticiens la capacité de prescrire des lunettes ou des lentilles sans recours à un ophtalmologue ou à un orthoptiste, les expériences étrangères n’indiquant pas que cette mesure soit source d’économies et évoquant son souci de la préservation de la santé des Français, rappelle-t-on (cf APM SLPDP002).

sl/so/APM polsan redaction@apmnews.com

SLQDT005 29/04/2013 19:52 ACTU OPHTALMO


SPIP Plan du site Création site internet : Anthemis